DÉBAT PUBLIC DU 28 SEPT 2018 : L’ÉOLIEN DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE EN ZONE RURALE

beaucoup de monde dans la salle polyvalente BRAUD et St LOUIS et de nombreux opposants au débat sur l'éolien organisé par les députés Véronique Hammerer et Raphaël Gérard, ce vendredi 28 Sept 2018.
Plusieurs promoteurs éolien dont EDF EN avaient été invités à la réunion, mais ces derniers ont décliné l'invitation. Il restait donc comme invités, Mr Lionel Poitevin (président ADEME de la Nouvelle Aquitaine) et Mme Régine Joly (vice présidente de la CARA en charge du développement durable et de l'énergie sur l'agglomération de Royan Atlantique).




L’image contient peut-être : texte






La position des 2 députés est très claire, contre l'implantation d'éoliennes "dans les marais de l’estuaire". En dehors de l'estuaire, leur position est moins catégorique mais plutôt en phase avec la mise en place du mixe énergétique pour une sortie du nucléaire dans 30 ans, avec une analyse au cas par cas et des concertations avec la population, pour éviter les incohérences et l'anarchie des projets.

Lionel Poitevin (Ademe) a pour sa part annoncé sa position favorable au développement éolien sur terre, en mer et dans l'estuaire, car l'évolution du mix énergétique et plus particulièrement de l'éolien,  a permis une baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour lutter contre le changement climatique, et compense l'épuisement des ressources naturelles tout en s’attachant à la réduction de la consommation électrique qui malheureusement ne cesse de croître dans les grandes agglomérations où Mr Poitevin n'a pas de solutions immédiates.
Mr Poitevin a annoncé qu'aujourd'hui qu'il était possible de stocker l'énergie produite par les éoliennes mais non consommée en fabricant de l’hydrogène, avant de se rétracter et avouer que rien n'était fait aujourd'hui et que c'était encore en projet.
Pour finir Mr Poitevin a déclaré que les centrales à charbon, à gaz et à fioul devaient être mise en marche pour produire l'électricité nécessaire aux pics de consommation pendant l'hiver pour compenser la production éolienne.

Madame Régine Joly, en charge du développement durable et de l'énergie à la CARA, avait un texte, destiné plutôt à endoctriner la jeunesse dans les écoles primaires, destiné à faire peur aux plus fragiles en annonçant un avenir rempli des pires catastrophes à cause du changement climatique et en commençant à lire son exposé par, je cite " 40° à l'ombre à Royan".
Le public s'est soulevé, en criant son indignation. L'exposé de Mme Joly n'aura duré que 20 secondes et sa présence au débat, 15 minutes puisque, découragée devant un public qui en connaissait autant qu'elle, voire plus, elle a décidée de quitter la salle.

La LPO, également sur place, est totalement opposée au projet éolien dans l'estuaire. Par contre, en ce qui concerne le reste des projets terrestres, la LPO avoue qu'il est souvent nécessaire de tuer quelques oiseaux et chauves souris pour sauver l'humanité.

Pendant le débat, les élus des communes concernées, les associations de chasseurs et les associations contre l'implantation d'éoliennes se sont exprimés pour dénoncer le projet de l'estuaire ainsi que tous les projets en général.

Thierry Jullion (président du vin de pays charentais) a annoncé que le syndicat et lui même était contre l'implantation d'éoliennes industrielles dans l'estuaire et qu'il serait aux côté des associations pour combattre ce projet.

Mélangé au public, le représentant FEE (France Energie Éolienne) pour l'Aquitaine, a voulu contrer toutes les nombreuses oppositions en avançant que l'éolien contribue fortement à la lutte contre le dérèglement climatique et surtout est persuadé que l'éolien est la solution pour l’indépendance énergétique de la France.
Il n'a pu que déplorer les centaines de milliers d'employés qui se trouveront sans travail à cause de la fermeture des centrales nucléaires en précisant à l'assemblée que c'était "politique".
Au final, la FEE se félicite que les coûts de production de l'éolien continuent de baisser au bénéfice des consommateurs, mais malheureusement ces derniers ne voient toujours pas de baisse significative sur leurs factures.


Et comme disaient certains, dans les marais, il est interdit de construire un abri pour protéger le bétail, sous prétexte que ces marais sont classés Natura 2000, loi littoral, que cela risquerait de dénaturer le paysage alors qu' EDF EN peuvent implanter une quarantaine d'éoliennes industrielles de plus de 200 m de haut en bout de pâle sans opposition.

Dominique BRUCHET
Président STOP EOLIEN 17


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE SCANDALE ÉOLIEN par Antoine Waechter

LES ASPECTS NÉGATIFS DE L'ENERGIE ÉOLIENNE